Construisez votre Mare

Dans certains cas, une berge verticale est inévitable. Il est alors indispensable de la « tuner », c’est-à-dire la maintenir avec un alignement de pieux de bois, étanchéïsé à l’arrière par une bâche.

Si nécessaire, on consolide le bord des berges avec des pierres plates.

Faut-il prévoir une bâche ?

Dans la quasi – totalité des cas, vous devrez installer une bâche. Là aussi, il vous faudra être extrêmement attentif aux détails tels que l’épaisseur, la largeur, la texture, etc… chacun d’eux pouvant doubler, voire tripler, votre prix d’achat.

Cette bâche – ou liner étanche – peut être en P.E.H.D. (Polyéthylène Haute Densité), garanti 30 ans, ou en P.V.C. (Polychlorure de Vinyle Basse Densité), garanti seulement10 ans.

Ce sont pourtant les bâches en P.V.C., noires ou vertes, vendues environ 5 euros le mètre carré dans les jardineries ou par correspondance, qui auront notre préférence, car les meilleures bâches, les « Butyle », sont très chères… Trop pour le supplément de qualité qu’elles apportent.

Vous trouverez des épaisseurs variant, selon la surface, de 0,5 à 2 millimètres. L’idéal est 1 millimètre.

Pour calculer la longueur et la largeur utiles, rajoutez à chacune l’équivalent de 2 profondeurs au point maximum, plus 2 marges de 40 centimètres.

A partir d’une certaine taille, vous serez amenés à assembler des lés. C’est une opération délicate et il vous faudra vérifier, à l’achat, que les morceaux sont bien soudables.

Prévoyez évidemment, dans votre budget, l’achat de la colle spéciale pour le faire, plus un petit surplus pour les éventuelles réparations futures.

Comment faire le montage  ?

Commencez par établir, sur papier, un plan précis de votre mare. Puis, « in situ », délimitez son contour avec des piquets et des cordelettes.

Pour le creusement, patientez jusqu’à la fin de l’été, c’est la meilleure période. Prévoyez 15 centimètres de profondeur en plus, pour la bâche, le sable, etc…

Vérifiez au niveau l’horizontalité des bords. Faites éventuellement les finitions des parois à la main, les pelleteuses ayant tendance à faire des pentes trop abruptes.

Avant de poser votre « géomembrane » (la bâche !), vous devrez retirer tout objet coupant : cailloux, pierres anguleuses, bois, racines, ferrailles… et lisser le fond du trou. Puis couvrez le d’une couche de sable de 5 à 10 centimètres. De préférence (mais ce n’est pas obligatoire), mettez ensuite un feutre géotextile (Bidim) qui, sous la bâche, la préservera des perforations.

A présent posez la bâche.

Disposez-la le long des parois, en épousant leur forme, en pliant les pans les uns au dessus des autres. Pour marcher dessus, enlevez vos chaussures. Pour éviter tensions et déchirures, ne la fixez pas tant que la mare n’a pas été remplie. Vous pouvez, facultativement, mettre encore une couche de feutre géotextile pour la protéger des plantations, puis étalez enfin une fine couche de terre, de 5 centimètres maximum (le « substrat »), dans laquelle se fera l’enracinement des végétaux.

A ce stade, autant que possible remplissez votre mare, puis vidangez-la. Cela vous permettra de mettre la bâche parfaitement en place, de bien fignoler la fosse et de nettoyer le plastique des substances chimiques qui l’imprègnent.

Vous pouvez à présent découper le bord de la bâche, en conservant votre marge de 40 centimètres, qui va vous servir à l’amarrer sur les berges. Il importe cependant de masquer ce rebord, qui est inesthétique et surtout sensible au soleil, qui risque de le durcir et de le fendre.

Vous allez donc creuser autour de votre mare, à 20 ou 30 centimètres du sommet, une tranchée de 20 à 30 centimètres de profondeur, dans laquelle vous glisserez votre bord, avant de remblayer et de faire vos plantations. Ce remblai servira également de trop-plein, en absorbant les excès d’eau.

Quelles plantes choisir ?

Il est temps, à présent, d’apporter la vie à votre mare. En ce qui concerne les végétaux, c’est à vous à prendre les choses en main. Les semailles ou le repiquage des plantes des berges se fait l’hiver. Par contre, pour les plantes aquatiques, c’est entre avril et juillet.

Recueillez un peu de vase d’une mare voisine. Elle sera gorgée de graines de diverses espèces végétales (évitez la jussie). Choisissez, chez le pépiniériste, des espèces végétales locales, adaptées à notre climat. Donc pas de plantes exotiques.

On distingue 4 niveaux de plantes, correspondant aux 4 niveaux des berges en escalier.

Plantez 1 ou 2 espèces de chaque catégorie, soit, de haut en bas :

Sur les berges, des myosotis, menthes, lysimaques, populages ou laîches.

Au 2° niveau, à 50 centimètres maximum de profondeur, des plantes semi-aquatiques, telles que roseaux, massettes, iris et plantains d’eau. La vente des sagittaires est interdite.

Au 1° niveau, des plantes flottantes et émergentes, comme lentilles d’eau ou potamots. La vente des nénuphars est également interdite.

Au fond, des plantes flottantes submergées, dites « oxygénantes », myriophylles ou élodies. La cueillette des callitriches est aussi interdite.

Avant de planter, entourez les racines d’une motte de terre.

Lestez, éventuellement, celles des plantes flottantes, avec une pierre.

Plantez dans le substrat, ou en pot s’il y a des risques de racines envahissantes, qui pourraient s’avérer dangereuses pour la bâche.

Ne pas mettre de terreau, car il est néfaste à moyen terme, en faisant proliférer les algues filamenteuses.

Ne pas mettre non plus d’anti-algues, ni d’ailleurs aucun autre produit chimique.

Diversifiez vos berges:

Qu’il n’y ait pas d’herbe rase, mais qu’on y trouve des pierres, des galets, des souches, etc… disséminés parmi des espèces végétales locales herbacées (carex) ou arbustives (aubépine, épine noire, cornouiller).

Quels animaux implanter ?

La réponse est simple : Aucun ! A part toutefois les escargots d’eau, planorbes et limnés, qui sont sédentaires. Les autres animaux viendront d’eux-mêmes.

Ne surtout pas introduire de poissons. Tout particulièrement si votre mare fait moins de 25 mètres carrés.

Quant aux amphibiens, leur transport est interdit.

Prévoyez une petite plage de vase, d’un ou deux mètres carrés, où les oiseaux pourront venir se baigner et même construire un nid.

A proximité, il serait bon d’avoir une haie, qui vous permettra d’avoir des libellules et sera le refuge d’hiver pour les batraciens, ainsi qu’un tas de pierres, qui servira de refuge à d’autres animaux.

Si votre mare est bien équilibrée, elle abritera bien vite la faune prédatrice des moustiques. Au bout du compte, il en restera moins qu’avec un simple seau d’eau oublié dans la nature !

Comment faire le remplissage ?

L’eau devra être non calcaire. La meilleure sera donc l’eau de pluie, que vous pouvez capter dans une cuve de récupération, ou en prévoyant une petite installation discrète d’arrivée, à partir des toitures et de la chaussée.

Évitez l’eau du robinet, trop chargée en éléments minéraux. A la rigueur, pour un remplissage plus rapide, vous pouvez utiliser de l’eau de puits, à condition qu’elle n’ait pas stagné dans une citerne.

Pas d’installation de pompe à air qui, au même titre que les poissons ou les plantes exotiques, déséquilibrerait votre écosystème, entraînant une prolifération d’algues et de moustiques et produisant de mauvaises odeurs.

Si vous voulez mettre un jet d’eau, brisez ce jet à l’aide d’une planche ou d’une pierre.

Quel est l’entretien nécessaire ?

Il vous suffira de retirer, à l’épuisette, les feuilles et autres débris flottant à la surface de l’eau, ainsi que les micros algues vertes. Si celles-ci pullulent, après les avoir enlevées, rajouter des plantes flottantes.

A l’automne, éliminez les surplus de plantes, en prenant bien garde aux animaux qui s’y logent. Secouez-les plantes, puis laissez-les reposer quelques jours à proximité, de manière à ce que ces animaux puissent regagner la mare. Ne faites pas tout le même jour.

Quand vous aurez terminé, s’il y a des risques de chutes de feuilles, recouvrez la mare avec un filet.

Les gros travaux de débroussaillage, désenvasement, etc…, s’effectuent également à l’automne… mais au maximum tous les 7 à 10 ans !

Robert DANGAS

2 réponses à Construisez votre Mare

  • C’est très sympathique d’avoir repris la moitié de mon article, écrit initialement pour « le Poulailler » d’octobre 2016. Cependant pour la décision de ne le publier qu’en partie, j’aurais aimé être consulté !… D’autre part, je constate que la manière dont je l’ai écrit, avec des phrases disposées selon mon goût et des sous-titres de mon choix, n’a pas été respectée…
    Conclusion : Ou vous le copiez intégralement et de la façon que j’ai choisi… Ou vous le retirez purement et simplement !

    • Pour voir l’article en entier, il suffit de cliquer sur  » Continuer la lecture ».
      La présentation a été changée par nécessité d’édition, mais uniquement sur la page d’accueil.
      Tu avais donné ton accord à Guy Druel pour que l’on publie cet article,mais comme il a été importé depuis son ordinateur,c’est son nom qui est apparu dans le titre.Par contre, à la fin de l’article ( complet), nous avions signé de ton nom.

Laisser un commentaire

10 × 1 =